Au rythme actuel, l’écart économique entre les sexes sera comblé dans 170 ans. Ce délai, calculé par le dernier Global Gender Gap Index du Forum économique mondial, signifie que ni notre génération ni celle de nos enfants ne vivront dans un monde où les hommes et les femmes participent de manière égale aux affaires et à l’économie.

Aussi décourageant que cela puisse paraître, il est en fait en notre pouvoir de faire avancer cet horizon. Afin d’aider les organisations à se diriger vers cet horizon, le Forum économique mondial a lancé une boîte à outils qui vise à les aider à évaluer leurs niveaux d’égalité sexuelle, ainsi que ce qu’elles font pour inspirer et encourager les autres.

 

Ne pas faire grandir les femmes, c’est gaspiller les talents

Malgré le fait que dans 100 pays du monde, les femmes sont plus instruites que les hommes, elles ne participent toujours pas au marché du travail dans les mêmes conditions. Les femmes sont moins susceptibles d’occuper des postes qualifiés et de haut niveau que leurs collègues masculins et, en moyenne, elles gagnent à peine plus de la moitié du salaire d’un homme. À une époque où retenir et développer les talents est l’une des plus grandes préoccupations des entreprises, l’incapacité généralisée à faire grandir les femmes équivaut à un gaspillage considérable de capital humain.

 

Cela commence par un engagement à l’échelle de l’entreprise

La boîte à outils du Forum économique mondial propose 23 initiatives pratiques pour renforcer l’égalité au sein des entreprises et des organisations.

Suivant le mantra selon lequel le poisson pourrit par la tête, la boîte à outils recommande d’établir un dossier commercial solide parmi les cadres supérieurs. En plus d’obtenir un engagement de haut en bas en faveur de l’égalité des sexes, les entreprises doivent reconnaître tout préjugé sexiste existant, fixer des objectifs réalistes pour le surmonter et mettre en place des boucles de rétroaction appropriées pour suivre les progrès. Le sexisme demeure d’ailleurs un grand problème comme le révèle carine galli dans une interview ici :  https://www.iemmafashion.com/carine-galli-a-fait-des-revelations-sur-le-sexisme/

 

Intégrer la diversité des genres

Avec ces bases en place, l’étape suivante consiste à créer des initiatives concrètes qui abordent les écarts spécifiques que l’organisation a identifiés. Il s’agit généralement de niveler les écarts de rémunération en définissant des fourchettes de salaires uniformes et en garantissant des processus de révision salariale cohérents, et de créer des allocations de congé parental généreuses pour les hommes et les femmes. Ces programmes devraient être soutenus par une formation à la sensibilisation aux questions de genre à l’échelle de l’entreprise et par des mesures efficaces pour lutter contre le harcèlement sexuel.

Un bon exemple de ce type d’action peut être trouvé chez Ernst & Young, où une plateforme de communication très médiatisée encourage ses dirigeants à s’engager avec les gens, à l’intérieur et à l’extérieur du lieu de travail, sur les causes qui favorisent la promotion des femmes.